Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 19:39

Sol, lit d’aridité ,

Sec et froid à pleurer,

Au cœur de l’absurdité,

Le mépris est bien niché.

 

Seule et apeurée,

Recroquevillée,

Mon âme a pansé

Ses plais entrebâillées.

 

Support d’avidité,

Porte feuilles séchées,

Coffre fort mité,

Epris d’exister.

 

Etouffer l’altérité,

Sans un remord,

Plonger dans sa vérité,

Pour un record,

 

Triste société,

Où nul ne s’en sort,

Agite la liberté,

Ton illusoire trésor.

 

Fredonne l’air aimé,

Ton ultime sort.

Actionne la main armée,

Des rêves d’essors.

 

Si tu peux liberté,

Doigt de la mort,

Un peu te relever,

Qu’ils te croient encore.

 

Offrir, pour les efforts

De cette vie répétée,

Encore et encore,

Un avenir incarné.

 

Si tu pouvais mon amie

Ne serait-ce qu’un instant

Faire espérer en la vie

Et ce qu’elle a de plaisant

 

Enlevé à la nuit

L’inquiétant

Et redonner vie

Au passants

 

Sauce idéalisée par l’esprit

Née de l’inconstant

Donne un peu de goût à la vie

Et ses perles défilant

 

Le chapelet vit

La main tenue par le temps

Fait glisser les billes

Sur le filin tendu les reliant

 

Elles sont passées

Pour que naissent le présent

Les causalités

D’un univers s’enchaînant

 

Libères tes doigts de la mort

Pour t’éterniser

Croise les encore et encore

Pour exister.

 

Allover 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Allover
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Allover
  • : Quelques mots qui riment...
  • Contact

Recherche

Liens