Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 19:00
 
Dans la bulle d’Aphrodite, mille et un mystères vivent
Sans préambule, elle s’abrite, loin de l’enfer, passive
La fragile membrane protège sa frêle fraîcheur
D’habiles courtisanes lui envient sa douceur
 
Alors que les questions glissent sur ses parois
Que les interrogations finissent sans débats
Et que son film s’irise à chaque pourquoi
Il vibre sous la crise mais ne romps pas
 
Pour moi qui ne suis que questions
Cette parois qui luit est ma prison
Je vois dans cette fille, la fleur de la passion
Et me débat, dans mon désert, mes illusions
 
Mais tu sais bien ma belle Aphrodite
Que ton voile de satin magique
N’empêche pas que ta vie s’agite
Et je lis dans tes yeux ésotériques
 
Ses yeux verts émeraude brillent mystérieux
Et éclairent mes odes de pacotille de milles feux
J’erre et rode enchaîné à ses grilles et à mes vœux
J’ai peur que mes codes ne vacillent pour ces yeux
 
Ma belle Aphrodite n’est pas si fragile
Elle chancelle, s’irrite et me descend en vrille
Mes ailes s’effritent, j’ai frôlé le soleil
et mes appels sans suite, finissent en bouteille
 
Si mes mots passent la fragile limite de ta bulle
et s’ils sont trop maussades, t’irritent ou te brûlent,
tes yeux s’agacent sensibles à mes virgules
D’un adieu, tu effaces ma cible et mes rêves s’annulent.
 
Dans son impalpable sphère, elle vit
incapable de se faire du soucis
Elle observe les mots de la nuit
Et les regarde mugir sans bruit

Allover 2007
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Allover
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Allover
  • : Quelques mots qui riment...
  • Contact

Recherche

Liens